community3

Community : L’adieu aux larmes

Posté le 12 mai 2014 par

De ces Upfronts 2014, on retiendra l’annulation de Community après cinq saisons. Triste nouvelle pour une série qui aura vécu « dans la bulle » durant ces années, toujours menacée de disparaître.

C’est un sentiment d’amertume qui s’est emparé de moi, ce vendredi soir, quand NBC a annoncé qu’elle mettait un terme à Community, une véritable peine, comme un deuil qui commence.

Jeff, Abed, Britta, Annie, Troy, Shirley, Chang, le Dean et tous les autres faisaient un peu partie de notre quotidien, nous fans invétérés de la série. Leurs aventures tumultueuses ressemblaient bel et bien à celles vécues par le showrunner Dan Harmon en coulisse. La vie de Community n’a jamais été un long fleuve tranquille. Elle a toujours été en danger, parce qu’elle ne réunissait pas assez de gens devant leurs écrans de télévision, le jeudi soir.

Britta (Gillian Jacobs), Shirley (Yvette N. Brown),  Troy (Donald Glover), Jeff (Joel McHale) Abed (Danny Pudi) et Annie (Alison Brie)

Britta (Gillian Jacobs), Shirley (Yvette N. Brown), Troy (Donald Glover), Jeff (Joel McHale) Abed (Danny Pudi) et Annie (Alison Brie)

Mais elle a réussi autre chose : se muer en symbole geek, un étendard que l’on brandit avec fierté, un petit trésor que l’on chérit tendrement. Elle est la fiction de niche que personne ne regarde ou presque mais qui se révèle véritable phénomène par la suite. Sa notoriété, elle l’aura connue sur internet et dans les cercles d’initiés. La malédiction de l’audimat est devenue une belle carte de visite. Community représentait le dernier fleuron, avec Parks and Recreation –toujours en vie- d’une comédie intelligente et vive qui ne prend pas les gens pour des imbéciles et reste sans cesse dans la création. NBC s’était faite maison de la sitcom inventive et osée, avec Seinfeld ou plus récemment 30 Rock. Mais ce vendredi 9 mai, elle a peut-être sonné le glas d’une ère. En 2014/2015, Community ne sera plus là.

Community ressemble beaucoup au sale gosse du fond de la classe, qui agit un peu en dilettante mais reste attachant. Celui dont on connait l’intelligence, mais qui ne peut s’empêcher d’être turbulent. Ce côté incandescent, profondément adolescent, c’est ce qui nous fait aimer passionnément la série. Depuis le premier épisode et jusqu’au dernier, elle n’aura eu de cesse de clamer haut et fort sa différence. Elle traite d’une bande d’inadaptés qui par la force des choses deviennent amis, de l’affirmation de leur personnalité face à un monde cynique et froid. Pendant cinq ans, on a suivi leur évolution, on a appris à voir au-delà de leur apparence. Avec Breakfast Club comme référence évidente, Dan Harmon a brodé des portraits justes et bienveillants. On les aime tous, avec leur défaut, même Pierce Hawthorne (Chevy Chase), le raciste et acariâtre doyen du groupe.

COMMUNITY -- "Geothermal Escapism" Episode 504 -- Pictured: (l-r) Danny Pudi as Abed, Donald Glover as Troy -- (Photo by: Justin Lubin/NBC)

Abed et Troy, amitié geek.

Sa plus grande force reste ce qui a creusé sa tombe : Community parle autant de ses protagonistes que de son statut de série télévisée. Comme Abed (Danny Pudi), personnage méta par excellence, brisant sans cesse « le quatrième mur », la fiction de Dan Harmon va parfois trop vite, trop loin, trop fort. Pourtant elle était une des seules à clairement jouer la carte de l’introspection (on pense à The Neighbors, elle aussi annulée), sans nombrilisme aucun, juste par complicité avec le public et une envie profonde d’évolution. On le sentait, Harmon et ses acteurs nous parlaient. On appréciait chaque clin d’œil comme une petite dédicace personnelle, on cherchait la blague ou la référence cachée. Community débordait d’amour pour la télévision. Mais à trop en étudier les rouages et en les incluant dans leurs intrigues, elle s’est mise à dos une partie de son audience. On a trop souvent, à tort, décrit la série comme prétentieuse ou élitiste, alors qu’elle est en fait l’exact opposé. Elle a sans cesse repoussé les limites, proposé des choses jamais vu dans une sitcom, multipliant les épisodes concepts. De combien de comédie encore en diffusion aujourd’hui pouvons-nous dire la même chose ? En annulant Community, NBC annonce clairement vouloir rentrer dans le rang. Comme avec Freaks And Geeks en 2000, joyau dont on a coupé l’herbe sous le pied, et qui partage beaucoup de point commun avec la série de Dan Harmon, la chaine au paon sonne le glas des espoirs de toutes une communauté , la récréation est finie.

Community

Une folie devenue légendaire

Terminé le temps des programmes aux audiences faméliques, mais qui récoltait le prestige des prix et les critiques élogieuses. NBC retrouve une certaine forme et semble se diriger vers quelque chose de plus consensuel. Il n’y a qu’à voir le renouvellement d’About A Boy pour s’en convaincre. Mais finalement, la tristesse l’emporte sur la colère. Fini, le faux air blasé de Jeff, au placard, la folie d’Annie ou les regards caméra d’Abed. Plus de « Pop Pop » ou de « Shut Up Leonard » pour nous arracher un sourire. Non, il ne restera que cinq saisons à relancer comme un petit rituel, 97 épisodes que j’aime tous inconditionnellement, même les moins bons et ceux de la saison 4 , qui m’émeuvent par leur générosité et leur manque d’assurance.

J’ai toujours l’espoir, comme vous, je suppose, de la voir renaitre, pour un sixième chapitre et un film. Mais la fin de la série est belle et tout à fait à son image. Malgré toutes les difficultés, les menaces de disparition, les personnages ont continué d’évoluer, Harmon a gardé le cap, dans l’insouciance feinte et le désenchantement. Community est morte comme elle a vécu, dans une douce euphorie.

 Jérémy Coifman.

Imprimer


3 commentaires pour “Community : L’adieu aux larmes”

  1. ‘tain, Abed en Jamie Lee Curtis…

  2. C’est probablement la meilleure série comique américaine qui vient d’être annulée par NBC (à qui on doit également l’arrêt de l’excellente my name is earl). Je suis totalement en phase avec cet article, Community est un petit bijou qui nous fait entrer dans un univers bien particulier, une espèce de cocon hilarant et complètement extravagant. Elle échappe à tous les codes, à toute comparaison parce qu’elle est unique en son genre, et c’est de plus en plus rare dans l’univers des séries tv. Personnellement j’ai l’impression d’être en deuil, ça ne m’était pas arrivé depuis friends….

  3. […] Après une annulation par NBC après cinq saisons, c’est sur Yahoo que Community a poursuivi sa route, pour un sixième chapitre ambitieux et déroutant pour beaucoup de fans de la première heure. […]

Laissez un commentaire


*