sad-box (1)

Du temps sans séries télé

Posté le 18 mai 2015 par

Le blog revient après plusieurs semaines d’interruption, des jours et des jours sans regarder une série télé. L’occasion est belle de poser mes réflexions sur la place prépondérante que tiennent les séries dans ma vie quotidienne.

Voilà, je suis de retour, enfin. La vie peut reprendre quelque peu son court après de multiples péripéties et émotions qui n’ont pas leur place dans ce billet. J’ai passé du temps loin de la fiction télé, loin du blog aussi. Il m’était arrivé de faire des pauses vacances, mais ici ce fut différent. C’est la vie qui m’a rappelé. Je n’y ai pas pensé tout de suite, mais ça m’a traversé l’esprit au bout de quelques jours, je n’avais pas regardé de série télé. Pensée frivole me suis-je dis en ces temps sombres. Pourtant, cela a permis de me rendre compte à quel point j’aimais les séries, ce qu’elles représentent dans mon quotidien.

La série télé est rythme, quotidienneté, stabilité, réconfort. Son absence est symptôme de quelque chose de plus profond, de plus grave qui vous rappelle à l’ordre. On n’y pense pas vraiment sur le coup, on se dit qu’on rattrapera tout ça plus tard. On s’en veut d’y penser un peu, pour ensuite se forcer à y songer, comme pour vous rappeler un quotidien qui n’existe plus. C’est idiot, mais quand je pensais à l’avant, je voyais mes heures passées à regarder des séries et à écrire. Cela fait réfléchir sur leur place, leur importance, ce qu’elles apportent, au-delà du plaisir immédiat de la vision. Sans série, je me sentais exclu d’un monde, le mien. J’étais dans une sorte d’hibernation, loin de tout. Avec la série télé, on passe l’année, on a nos petites dates, nos fêtes, des petites habitude. Je n’ai pas raté tout cela bien longtemps, mais j’ai pu sentir à quel point cela m’affectait.

La série télé, c’est un plateau repas, un paquet de chips grignoté négligemment, des rires et des larmes partagés ou solitaires, de l’agacement ou de l’émerveillement, c’est se sentir vivant. J’ai ressenti le manque. Non pas que ce soit une addiction comme nos chers médias aiment à le dire, juste quelque chose du quotidien, un rituel réconfortant, un signe que tout va bien au fond, que les petits tracas ne sont pas si graves que cela. Les petites choses du quotidien sont de grande importance.

Je reviens donc sur le blog. Écrire quelques lignes soulage, regarder quelques épisodes libère. Passer du temps devant son écran devient signe de répit. La série télé aussi insignifiante soit-elle rythme ma vie, me pose les pieds sur terre, me rappelle que tout va bien. Le pire des épisodes me fait sourire (coucou Once Upon a Time), le nombre d’épisodes que j’ai à regarder me remplit de bonheur. Je suis de retour, pour l’instant. Vous m’avez manqué.

Jérémy Coifman.

Imprimer


Laissez un commentaire


*