spoiler-alert

De la peur du spoiler

Posté le 15 avril 2015 par

Game of Thrones revient sur HBO et sur OCS dans nos vertes contrées. Le leak des quatre premiers épisodes avant la diffusion du premier a provoqué sur les réseaux sociaux des réactions incroyablement virulentes et nombreuses. Cette fuite marque le retour de celui dont on ne doit pas prononcer le mot, une sorte de tabou du sériephile : le spoiler.



Je n’étais pas surpris, juste quelque peu circonspect quand j’ai vu certaines réactions sur les réseaux sociaux. Beaucoup ont sorti les griffes, ont proféré les menaces : ils ne veulent pas, ils ne doivent pas être spoilés, c’est une question de haute importance, sous peine de ne plus pouvoir apprécier la série. C’est quelque chose de compréhensible, quand on regarde une fiction, télévisée dans le cas présent, on ne veut pas connaître les rebondissements du scénario, être au courant du destin d’un personnage. Le spoiler, le fait de savoir avant la vision, provoque chez beaucoup une perte d’intérêt, un investissement émotionnel mis sous l’étouffoir. Quand on sait, on perd le goût de voir.



ovrllm8cqeyfnmix41jr


Cette peur, qui devient totalement irrationnelle par moment, en dit long sur la façon qu’ont les téléspectateurs de regarder leur série. On s’investit beaucoup, on s’attache aux personnages, il y a une proximité qui se créée. On est parfois tellement investi, qu’il devient difficile de faire preuve de recul. Ce sont les péripéties qui comptent, les personnages et leurs actes. La peur des spoilers s’immisce partout, dans toutes les conversations sérielles, dans toutes les critiques et avis qui pullulent sur internet (comme sur ce blog). On pèse chacun de nos mots, avec les nouveaux modes de consommation, on ne sait plus où les gens en sont dans la vision de leur série.

Cela devient forcément dérangeant, au bout d’un moment, car on finit par ne plus parler que du spoiler, et de la peur profonde qu’il suscite chez le téléspectateur. On arrête d’analyser, on perd toute rationalité, ce qui importe c’est de ne pas savoir ce qu’il va arriver. On n’extrapolera pas, on ne jouera pas au psychologue de comptoir, en parlant de la peur du futur. Mais force est de constater qu’en cette période trouble pour notre société, le spoiler devient une forme de terrorisme. On menace avec des spoilers, on se venge avec des spoilers, on gâche l’expérience de certains pour le plaisir. La peur, toujours la peur, même en ce qui concerne notre passion, nos séries.

;;;

368249
;;;

Il y a plusieurs degrés de réaction aux spoilers. Certains sont outrés, d’autres menacent de représailles en cas de spoilers, et d’autres s’en fichent. Je me trouve dans le troisième camp. Connaître les évènements futurs d’une série, d’un épisode, ne m’empêche en aucun cas d’apprécier. Il y a un exemple bien précis qui me vient en tête, qui a marqué ma vie de sériephile. C’était le jour du season finale de la saison 3 de Lost. Un épisode qu’on sait légendaire aujourd’hui, et qui reste encore un de mes plus grands moments de télévision. Pourtant, j’ai été spoilé, par je ne sais quel idiot, juste avant de regarder l’épisode. Je connaissais tous les rebondissements, tous les twists. Pourtant, durant toute la durée de l’épisode, j’étais accroché à mon siège, impressionné par la maîtrise du récit, les acteurs, la mise en scène. Je n’étais pas moins investi, ému, ou retourné par le twist magistral que nous offre l’épisode (coucou le spoiler!). On se gâche nous même le plaisir en cédant à la peur, en chassant et bannissant la moindre information comme s’il s’agissait de vie ou de mort.

;;;

The-Walking-dead-saison-5-la-serie-est-elle-raciste-Spoiler_width620

;;;

Je me sens parfois un peu seul lorsqu’il s’agit de minimiser l’importance de ne pas connaître ce qu’il va se passer dans une série. Bien sûr, le récit et son déroulement sont essentiels, mais l’appréciation d’une oeuvre ne doit pas passer uniquement par ce plaisir primaire que procure le divertissement. Quand une série se repose uniquement sur ces effets-là, le problème vient peut être de celle-ci. Pourquoi céder à une peur déraisonnée et ne pas approfondir la vision ?  Essayer de comprendre la fiction, en interpréter les signes, pour se délecter des rouages amenant à ces « événements » que l’on vient de se faire spoiler. La peur du spoiler vient de la vision au premier degré, du seul divertissement. J’aimerais pouvoir mettre un terme à cette frayeur. Savoir ne gâche pas tout, savoir ne ruine pas l’expérience, savoir c’est juste avoir un petit temps d’avance sur des personnages et une histoire dont il faut apprendre à se détacher pour pouvoir en apprécier encore plus la saveur.

Il n’y a pas de façon idéale de regarder et d’apprécier une série télé, ce n’est pas un petit billet pour dire que ceux qui se sentent menacés par les spoilers sont dans l’erreur. Il faut juste réaliser que sans peur, sans en faire une montagne, c’est quand même beaucoup mieux.

Jérémy Coifman.

Imprimer


Laissez un commentaire


*