top 20, 10, 5

TOP 10 : Les meilleures séries de Showtime

Posté le 19 novembre 2014 par

Cela faisait longtemps que je n’avais fait un petit top 10, voilà chose faite ! aujourd’hui on s’intéresse aux séries de la chaine Showtime, connue pour ses séries provocantes et sexy, mais pas que… 

N.B : je n’ai pas encore vu The Affair, que je débuterai quand la saison sera terminée, et Shameless qui me fait de l’oeil depuis pas mal de temps.

 

 

 

10 : Sleeper Cell- Ethan Reiff et Cyrus Voris (2005-2006)

 

sleeper_cell

Elle n’aura duré que deux saisons et 18 épisodes, mais Sleeper Cell était une sorte de Homeland à la sauce Flic dans la Mafia. Un agent du FBI, musulman pratiquant (Michael Ealy) infiltrait une cellule terroriste qui prévoit d’attaquer Los Angeles. La série est parfois très classique, mais elle offre une belle ambiguïté, et préfigure quelque peu le discours de Homeland apparu quelques années plus tard. 18 épisodes à découvrir en tout cas.

9 : Dexter- James Manos Jr (2006-2013)

 

dexter

Elle est un des plus grands gâchis de l’histoire de la télé, mais je l’incorpore dans le top pour son aspect culte, la subversion initiale apportée par le personnage sulfureux de Dexter Morgan ( Michael C.Hall) et une première saison efficace dans sa structure et son ton. Ensuite c’est la dégringolade malgré quelques fulgurances.

8 : Homeland- Howard Gordon, Gideon Raff et Alex Gansa (2011-…)

 

HOMELAND (Season 3)

Comme Dexter, une excellente première saison m’a fait croire à la grande série, l’adaptation US d’Hatufim proposait une vision très peu manichéenne et une galerie de personnages marquants. Elle n’a pas su négocier le virage de sa seconde saison, empêtré dans des storylines familiales ennuyeuses.

7 : Penny Dreadful- John Logan (2014-…)

 

penny dreaddful

Je suis tombé sous le charme de Penny Dreadful, son univers mystérieux, son fantastique attachant et son hommage aux histoires effrayantes qu’on nous racontait jadis. Une production soignée au casting des plus intéressants (Timothy Dalton, Josh Hartnett, Eva Green) et à l’écriture inventive. Espérons que la seconde saison parvienne à garder le cap…

6 : The Outer Limits- Leslie Stevens (1995-2002)

 

the outer

Gros plaisir coupable, The Outer Limits continue l’aventure commencée en 1963 dans la série originale. Jusqu’en 2000, Showtime la diffusera avant qu’elle déménage sur Sci-Fi. Anthologie fantastique aux thèmes passionnants, The Outer Limits est inégale, souvent pas très bien jouée, un peu cheap, mais tellement charmante…

5 : Californication- Tom Kapinos (2007-2014)

 

 

david_duchovny_californication

Encore un symbole de l’irrégularité des séries Showtime, de leur frivolité et de leur côté ‘provoc », mais Hank Moody (David Duchovny) est un personnage tellement génial que j’adore tout de même la série. C’est son côté romantique et borderline qui me touche tout particulièrement. Elle a souvent été affligeante de paresse, mais qu’importe, elle reste grâce à Moody dans mon petit coeur.

4 : The L Word- Ilène Chaiken (2004-2009)

 

135_6_0_prm-generics6_1024x640

Elle semble un peu oubliée maintenant, pourtant The L Word traitait de l’homosexualité féminine avec humour, tendresse et sensibilité. Dotée d’un casting génial (Jennifer Beals, Mia Kirschner , Pam GrierSarah Shahi,Katherine Moenning), la série nous faisait entrer dans l’intimité de personnages qu’il fut difficile de quitter après six saisons. Une grande série un peu sous-estimée.

.

 

3 : Ray Donovan- Ann Biderman (2013-…)

 

ray-donovan-critique-saison-1

Après le chef d’oeuvre SouthlandAnn Biderman récidive avec un polar familial qui lorgne du côté des Sopranos et du polar noir 70’s. C’est drôle, sec et nerveux et ce casting est un des plus fous de ces dernières années (Liev SchreiberJohn VoightSteven BauerEddie MarsanElliott Gould). Une preuve que Showtime depuis deux saisons change de dimension. À découvrir.

2 : Masters of Sex- Michelle Ashford (2013-…)

 

masters-of-sex-showtime

Grand Period Drama qui évoque la sexualité dans les années 50 avec pertinence et…impertinence. En plus d’être formidable dans l’écriture, Masters of Sex, comme Mad Men à laquelle on pense beaucoup, n’oublie pas de faire parler ses images. Subversive et piquante, elle est une des meilleures séries du moment, tous networks confondus.

1 : Brotherhood- Blake Masters (2006-2008)

 

brotherhood-serie-tv-cbs-saison-1-16-g

La perle de Showtime, une fiction qui marie le familial, le polar, le politique, le tragique avec une noirceur abyssale. La photographie est froide, la ville est ses institutions sont corrompues, la famille est une illusion. Au milieu de tout ce marasme, on observe le combat entre le bien et le mal au sein d’une fratrie. D’un côté le politicien ambitieux (Jason Clarke), de l’autre le malfrat sortant de prison (Jason Isaacs). Évidemment, les lignes vont se troubler. Violente, désespérée et cauchemardesque, Brotherhood s’inscrit dans la grande tradition du polar tragique, ou chaque action est un pas de plus vers la damnation.

 

Jérémy Coifman.

 

Imprimer


Laissez un commentaire


*