game of thrones

Game Of Thrones S04E09 : The Watchers On The Wall

Posté le 10 juin 2014 par

Le voilà, l’épisode 9 de Game Of Thrones, celui qui traditionnellement fait chavirer de bonheur les fans. Encore une fois réalisé par Neil Marshall (The Descent), est-il à la hauteur de ses prédécesseurs ?

Quelques Spoilers sont présents…

 

 

 

Après un huitième chapitre qui se terminait sur un choc incroyable pour tout le monde, cet épisode 9 décide de lâcher les chevaux et nous entraine au cœur d’un affrontement qui restera à coup sûr dans toutes les mémoires.

C’est bien simple, on n’avait jamais vu ça à la télévision. Les moyens déployés sont considérables. Pour donner vie à la bataille du mur, HBO et les créateurs se sont fait plaisir : les géants à dos de mammouth sont là, les nombreux figurants et les décors monumentaux donnent corps à la lutte, pendant cinquante minutes, le spectateur est en apnée, il croit. Et comme pour la bataille de Blackwater, Neil Marshall arrive assez malicieusement à faire fi des limites budgétaires. Car même si GOT est une grosse machine, elle ne sera jamais aussi libre qu’un film en termes de financement.

Episode-4.09-The-Watchers-on-the-Wall-Jon-Snow

La force de Game Of Thrones -et de cet épisode- réside dans la cohérence de l’univers et la puissance de son récit. La série sait raconter une bataille autant que la faire vivre. Elle continue de travailler l’imaginaire tout en dévoilant au fur et à mesure ce qui n’était que murmures et mythes auparavant. La partie au nord n’a jamais été aussi prenante, peut-être parce que les personnages, que ce soit Jon ou Sam assume enfin ce qu’ils sont, embrassent leur destin de fort belle manière. L’épisode reprend à la lettre tous les codes du récit épique, de l’amour contrarié au leader en devenir. Et surtout on sent l’investissement de tout le monde, des acteurs à la musique, on perçoit que ce chapitre est important.

La bataille scotche sur son siège sans aucun doute, mais il apparait pourtant bien difficile de vraiment trembler pour ces personnages que l’on n’a pas beaucoup vus dans la saison. Mis à part l’attachement évidemment pour Jon et Sam, il y a peu de motifs pour être totalement investi. Tyrion n’est pas là. L’histoire d’amour entre Jon et Ygritte n’est qu’accessoire, la destinée des membres de la garde de nuit importe peu. On vibre parce que Marshall sait donner vie à cette bataille, qu’on aime les combats désespérés à 100 000 contre une poignée, parce que tout cela renvoie aux assauts des grands films épiques. Il manque l’émotion, celle ressentie lors du procès par exemple. Game Of Thrones est freiné par sa narration éclatée, qui ne permet pas de rester bien longtemps avec un personnage. De plus, les seuls enjeux qui semblent compter sont de savoir qui va vivre ou mourir. Dans le précédent épisode, les scénaristes par le biais de Tyrion faisaient preuve d’une autodérision certaine avec l’analogie du cousin qui tuait les pauvres insectes sans raison, mais il va aussi falloir montrer que le récit n’a pas besoin de ce suspense-là pour avoir de la force, que la quête de pouvoir demeure la plus importante, que Game Of Thrones n’est pas qu’un exutoire pour scénaristes pervers.

tumblr_n6o1o6q9131r9h4heo1_1280

Toutefois, on ne peut qu’être admiratif d’un tel savoir-faire. Après les réticences des derniers épisodes, il est temps de rendre également hommage à une série qui malgré une complaisance certaine, et une mécanique trop répétitive, parvient toujours à sortir de son chapeau des moments de frissons et de pur plaisir. Et ce en dépit d’une pression de plus en plus grande.

Cette semaine, la série est devenue la plus populaire dans les audiences en dépassant les Soprano. Record qui va sans aucun doute encore tomber dans les jours à venir. Durant cet épisode 9, on a l’impression de tenir un livre et d’être arrivé au chapitre que l’on attendait et redoutait, on frémit et on jubile. Même si l’investissement émotionnel n’est hélas pas au rendez-vous, on prend un plaisir monstre. N’est-ce pas là l’essentiel ?

Jérémy Coifman.

Imprimer


Laissez un commentaire


*