American-horror-story-coven-e1380238158447

Générique – American Horror Story Coven

Posté le 22 juillet 2014 par

Petit retour en six vignettes sur le générique d’American Horror Story Coven.

 Toujours changeante, comme le veut le concept de l’anthologie, American Horror Story est à l’aube de sa quatrième saison. Raison parfaite pour s’intéresser de plus près à son ouverture fantastique qui en dit beaucoup sur ce qu’est la série. En un peu plus d’une minute, elle nous offre un condensé d’Amérique et de son folklore.

American Horror Story Coven

Alternant le noir et blanc et la couleur, l’ombre et la lumière, le visible et l’invisible, le générique joue déjà sur les peurs du spectateur, l’imagerie fantastique occidentale et la culture américaine. Ici, on assimile ces êtres cagoulés autant au Ku Klux Klan – le racisme est une grande préoccupation de Ryan Murphy et Brian Falchuk, les deux auteurs- qu’à des sociétés occultes. Les indices sur le futur de la saison sont très explicites quand on prend la peine de scruter l’écran.

American horror storycoven

Une ombre d’apparence féminine avance lentement, le cadrage est parfait au ras du sol, le jeu de lumière expressionniste, la femme reste dans l’ombre. Voilà un autre grand sujet de prédilection de la série : La place de la femme dans la société américaine. Pourtant quelque chose ne va pas dans ce plan, cette femme n’est pas comme les autres. Serait-ce la même cagoule que sur le plan précédent ? Qui est cette femme ? le malaise grandit. Ce plan ne dure qu’une dizaine de seconde et pourtant il imprime la rétine.

american horror story coven

Une forêt d’apparence calme, qui se transforme l’espace d’un instant en cauchemar. Une bête immonde figure en plein milieu du cadre. Cela fait directement suite au plan de cette femme tapis dans l’ombre et ce n’est pas anodin. C’est le monstre qui se terre en chacun de nous, ainsi que l’irruption soudaine du fantastique dans le quotidien.  Est-ce le diable ? Il semblerait tant il correspond à certaines descriptions bien ancrées dans la culture populaire. En tout cas par la magie du mixage sonore, ce plan se révèle encore plus terrifiant en action.

american horror story coven

Pas de doute ici, la saison 3 nous amène à la Nouvelle Orléans. Culture vaudou, une femme piquant frénétiquement une poupée, une vengeance est en place. Par ce plan, les auteurs rendent vivantes certaines légendes, qui se transmettent de génération en génération. Tout le monde comprend ce que fait cette femme, et cela procure une certaine peur. Le vaudou, c’est aussi la perte du contrôle de son corps. American Horror Story va nous mettre dans tous nos états. On insinue la peur.

american horror story coven

Peut-être le plan le plus terrifiant du générique. C’est l’humain transformé en monstre, asservi par la prêtresse, mais aussi par l’esclavagiste. American Horror Story brise les tabous, autant par provocation que par conviction. Encore une fois, ce plan met en relief celui d’avant. Il s’agit comme dans Django Unchained de Tarantino par exemple, de la vengeance des opprimés sur les oppresseurs. La magie noire comme arme en plus.

American Horror Story

Fin de ce générique, plan en couleur. L’ombre de la femme aperçue précédemment (on la reconnait au chapeau) finit donc au bûcher, sous les incantations de jeunes femmes dansants autour du feu. On comprend donc parfaitement ce que va être l’autre grand sujet de la saison : La sorcellerie. Par sa simple puissance évocatrice, ce plan nous parle immédiatement. Il renvoie à Salem, Massachusetts, là ou l’on brûlait les femmes accusées de sorcellerie. En plus de clairement donner des pistes, le générique termine sur une drôle d’évocation, d’invitation même :  » Venez et contemplez les horreurs et aberrations de l’Histoire américaine. « 

Le générique en entier :

Jérémy Coifman.

Imprimer


2 commentaires pour “Générique – American Horror Story Coven”

  1. Fan absolu des 2 premières (et de Jessica Lange), j’ai été un peu déçu par ce troisième opus. Générique excellent certes, mais on a l’impression que le scénario a été remodelé par x personnes. Certains personnages « importants » le sont moins au fur et à mesure et ne sait plus vraiment sur quel balai danser. Au final, tout le monde a gagné, comme à l’école des fans et la série perd en substance. Vivement une saison 4 à la hauteur de la seconde (et toujours avec Jessica Lange j’espère).

  2. la saison 4 sera la dernière avec Jessica Lange et sera située dans l’univers du cirque.

Laissez un commentaire


*