nurse jackie

Nurse Jackie S06E01 : Sink Or Swim

Posté le 18 avril 2014 par

Retour mitigé pour Nurse Jackie sur Showtime, qui après deux exercices réussis, retombe dans une redite un peu inquiétante. Déjà renouvelée pour une septième saison, elle va devoir sortir de son train-train pour convaincre.

Attention, cet article contient des spoilers.

 

Trois mois se sont écoulés depuis les évènements de fin d’année dernière. Jackie (Edie Falco), replonge dans la drogue après un an d’abstinence. La lassitude avait fini par nous envahir, lorsqu’au bout de deux saisons, il était toujours question d’une infirmière qui prend des pilules et cache le tout à son époux. Dans cette introduction, la série reprend une dynamique semblable.

Cette fois, elle est en couple avec le brave Frank Verelli (Adam Ferrara), aussi bonne poire que l’ex-mari Kevin (Dominic Fumusa). Fou amoureux, confiant à l’extrême, il ne se doute de rien. Jackie se comporte étrangement, replongeant dans une spirale dangereuse, entre euphorie et profonde dépression. Cet aspect mélancolique fait toujours son petit effet, mais la sensation de retour en arrière laisse un gout amer. Nurse Jackie n’évolue pas, reste la corrosive dramédie que l’on connait, sans pour autant élargir son spectre, ne se reposant que sur l’ambivalence de son héroïne. Californication, qui est diffusée juste après sur Showtime, lui ressemble beaucoup, mais a pour elle son côté rock’n’roll et romantique.

nurse jackie

Jackie Peyton (Edie Falco)

Les dynamiques n’ont pas changés d’un iota au sein du All Saints Hospital. Le Dr Prentiss (Morris Chestnut) et Zoey (Merritt Wever) entretiennent toujours une relation qui menace d’éclater au grand jour tandis que Fitch (Peter Facinelli) reste préoccupé par l’héritage qu’il laissera et la vacuité de son existence. Ce qui avait l’air charmant devient poussif, et l’épisode peine à trouver son rythme. Un premier segment se doit de donner des indications claires quant aux thèmes de la saison, et ici, ce ne sont pas les aventures d’Eddie (Paul Schulze) avec des jeunes femmes qui rassure pour la suite. Seule la trajectoire de Grace (Ruby Jeris) amène un semblant de profondeur, bien que cette direction appuie  le manque d’inspiration des scénaristes : L’adolescente suit les traces de sa mère, étudie la biologie et tombe dans la drogue, rejette son autorité autant qu’elle l’appelle à l’aide. En s’intéressant aux conséquences des actes de Jackie, les scénaristes comme dans les saisons quatre et cinq  s’improvise moralistes du pauvre. Nurse Jackie retombe donc dans ses travers hypocrites, entre provocation vulgaire et  bien-pensance.

La saison ne démarre donc pas sous les meilleurs auspices et n’évite aucun écueil du genre. On affuble même Jackie d’une nouvelle marraine , femme à la langue bien pendue et au franc parlé ravageur. Leur relation ressemble à celle qu’elle entretenait avec le Dr O’Hara, partie depuis sous d’autres cieux. Maladroitement, les auteurs tentent de recréer cette dynamique et donne une conscience à un personnage qui manque clairement de jugement. Edie Falco reste toujours parfaite, mais cela ne suffit hélas plus.

 Jérémy Coifman.

Imprimer


Laissez un commentaire


*